Famille Incestueuse, lettre à une sœur: Témoignage SIA

A toi, ma sœur, belle et rebelle…

C’était toi, bien plus que notre mère, qui m’expliquais la vie et le monde. Je craignais ton ironie, facilement cinglante, et tes manipulations : j’étais la bonne poire, tu savais me faire marcher ! Ton attitude rebelle face à l’autorité m’impressionnait, moi la trop-soumise. Tu savais profiter de la vie, parfois même un peu trop… Trop fort, trop rebelle, mais si vivante, malgré tes deux tentatives de suicide (passées sous silence : surtout, pas de vagues dans la famille !)… Tu étais si sensible à l’injustice, toujours là pour dénoncer, jeter des pavés dans la mare.

Un jour, tu as parlé de Papa :

à la mer, il t’avait demandé de te déshabiller… Mais c’était flou sur la suite. A l’époque, ignorant ce qu’était l’amnésie traumatique, j’ai adopté le même discours de minimisation et banalisation que le reste de la famille. Préférant croire que les choses n’avaient pas été plus loin, et puis, presque 20 ans avaient passé, alors… Tu m’as aussi parlé du viol subi, vers tes 10 ans, à la sortie de l’école. Suite à tes révélations, j’ai eu une « gastro » . Mon corps rejetait tout en bloc, les émotions, la vérité crue et cruelle.

Ton expérience de la maternité fut souvent laborieuse : innombrables péripéties médicales lors de ton premier accouchement, endométriose rendant difficile la conception de votre deuxième enfant, sentiment de solitude conjugale si fort, lors de ta troisième grossesse. Sur fond d’allergie au lait, emblème maternel…

Plus tard, tu as peint:

Une autre scène que celle dont tu avais su parler, plus ancienne, plus précise, et donc plus indicible. Tu as légué ta peinture à un ancien prof’ de tes filles (alors adolescentes) avec mission, lors de ton enterrement, de leur « proposer sans imposer » : « Je sais quelque chose sur l’enfance de votre mère, que vous ne savez pas. Le jour où vous voudrez savoir, vous pourrez venir me voir ». Des années après, ta fille aînée a osé y aller, s’enquérir, et a reçu en plein cœur cette « révélation-Papy », l’a diffusée à sa génération, sœurs, cousins, cousines. Encore un pavé dans la mare, ton dernier, posthume.

Lors de ton cancer, tu avais cherché des réponses transgénérationnelles à ton histoire, sur 5 générations. On dit que « La plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a », et le constat terrible est que les femmes de la famille, depuis des générations, n’ont jamais pu donner que ce qu’elles avaient elles-mêmes reçu : à tes filles, bien que tu aies tenté en conscience de leur donner tant d’amour, de goût du dialogue, et d’ouverture d’esprit, tu as toi aussi transmis et infligé, inconsciemment, la même hargne, le même « dénigrement systématique », la même naïveté face aux prédateurs sexuels (familiaux et autres), la même incapacité à voir les abus pour ce qu’ils sont, que nous avions reçues… Tes trois filles, toutes trois codépendantes, toutes trois dans des métiers du soin : qui doivent-elles donc soigner ???!!! Elles ne sont pas indemnes, pas plus que tu ne l’as été. J’en pleure.

Le tabou est si fort qu’il impose le silence.

Et moi, j’ai fui cette famille si délétère, pour tenter de sauver ma peau, terrorisée, impuissante, désespérée…

Un jour, je suis allée en réunion SIA parler de toi. En racontant ton histoire, je me suis retrouvée face à la mienne… La claque !

J’ai pris l’habitude, quand je passe près du lieu dont tu as parlé, de lui tourner le dos. Me tourner vers la mer, et prier ma Puissance Supérieure de « prendre soin de ma sœur là où elle est, et de tous ceux qui ont souffert de Papa… y compris moi ». 20 mois plus tard, comme « guidée par le destin », j’ai pu faire une visite virtuelle de la villa de notre enfance, à nouveau en vente, et comparer: « ça » a été si fort gravé dans ta mémoire que, bien que réalisée une trentaine d’années après les faits, ta peinture est une vraie « photo » des lieux, saisissante de précision… Avec des aberrations aussi, puisque l’homme représenté ressemble à ton mari, non à Papa; Amalgame qui, de ton propre aveu autrefois, avait pourri toute votre vie sexuelle…

Lors du confinement, j’ai relu tes anciennes lettres.

J’ai repris en pleine figure les distorsions de la communication familiale, les symptômes physiques qui ont affecté nombre d’entre nous : somatisations de l’innommable! Tu m’as écrit un jour, clairement : «Mon enfance ne fut qu’une longue suite de souffrances». Tu avais alors 37 ans, et tentais encore d’en guérir, d’en parler. Un cancer t’a fait taire 6 ans plus tard.

A toi, ma sœur, toi la trop-belle et moi la pas-assez-rebelle, j’ai fait serment dans mon cœur, malgré ma terreur, de reprendre le flambeau de ta révolte, d’oser nommer les abus pour ce qu’ils sont. Ce témoignage en est une tentative. Pour moi, pour toi, pour tes filles. Tes petits-enfants. Toutes les femmes de la famille, des quadrisaïeules en amont, aux plus jeunes en aval. Pour tous les enfants abusés.

Cela me serait impossible sans soutien. Mais j’ai tant appris en SIA, trouvé tant de secours dans la pratique des 12 Étapes et le recours ultime à une Puissance Supérieure Aimante, que cela me semble parfois possible (avec aussi divers recours complémentaires : thérapeute, etc…). En tout cas, j’essaie.

Peu importe que les faits remontent à une bonne cinquantaine d’années, le temps n’existe pas pour ces choses-là, qui nous ont figées dans un no man’s land de souffrance et de déni.

Merci d’avoir ouvert la voie, d’avoir « ouvert ma voix ». Repose en paix.


Pour savoir si SIA est pour vous, vous pouvez tout d’abord répondre aux 20 questions de SIA. Comment définit-on l’inceste à SIA, ou quelles sont les caractéristiques des survivants d’abus sexuel? D’autre part, vous pouvez aussi commander des publications, ou bien lire nos témoignagesassister à une réunion, ou encore découvrir notre programme en 12 étapes. Vous pouvez enfin consulter les questions fréquentes ou nous écrire.


Abus sexuel par mon frère: Témoignage SIA

J’ai grandi dans une famille de trois enfants.

J’étais le dernier. Nos deux parents travaillaient beaucoup et disposaient de peu de temps pour nous. Un jour, mon frère aîné, âgé de quatorze ans (j’en avais dix), s’est approché de moi avec un air méchant que je ne lui connaissais pas. Je me suis éloigné mais il s’est mis à me poursuivre. Il m’a saisi, m’a mis à terre et a cherché à retirer mon pantalon. J’ai lutté de toutes mes forces mais il était plus puissant. Il est parvenu à le baisser et m’a maintenu ainsi un certain temps tout en se moquant de moi.

À de nombreuses reprises, durant plusieurs mois, il a recommencé ce scénario exactement à l’identique.

Progressivement, j’ai pris l’habitude de ne plus réagir, pensant qu’il finirait par arrêter si je ne manifestais plus rien. C’est effectivement ce qui s’est produit, mais il a fallu longtemps. Je n’ai pas le souvenir précis du moment ni du lieu où j’ai informé ma mère. Je me souviens seulement qu’elle m’a répondu qu’il « allait mal ». Probablement lui a-t-elle dit de cesser mais ni lui ni moi n’avons vu de psychologue. Ma mère m’a par ailleurs expliqué que je causerais du tort à la famille si j’en parlais. Je me suis tu. À partir de ce moment, la relation avec mon frère a toujours été malsaine, oscillant entre honte, crainte et (étrangement) culpabilité.

Ces agressions ayant été banalisées par la famille, je les ai moi-même considérées comme secondaires durant des décennies. C’est seulement trente ans plus tard, avec l’aide de psychologues et d’accompagnateurs spirituels, que j’ai pu mesurer leurs conséquences: Fantasmes sexuels obsessionnels (totalement absents auparavant), masturbation compulsive, anxiété pathologique, tristesse, idées morbides, manque général d’énergie, irritabilité, sensation permanente de boule au ventre, sentiment envahissant d’absurdité et d’irréalité, confiance en moi défaillante, difficulté à nouer des relations stables, fréquente dissociation entre le corps et l’esprit.

Avec le recul, je vois nettement que ma vie a été abîmée par ces agressions et par le silence imposé à leur sujet.

Au-delà des symptômes physiques qu’elles ont créés, l’omerta qui s’est instaurée autour d’elles m’a conduit à douter de mes sensations de manière problématique. Je me demandais sans cesse ce qui était vrai et ce qui ne l’était pas. Cette incertitude s’est révélée handicapante dans ma vie car j’ai longtemps eu les pires difficultés à analyser les situations, à discerner le bien du mal et à prendre des décisions.

De manière très concrète, je dois aussi constater que je n’ai pas été en mesure de fonder un foyer, ce qui est un regret. D’abord un grand complexe m’a très longtemps accompagné au plan sexuel ; en outre, il m’est très difficile d’éprouver un désir persistant dans la durée : la sexualité est à la fois très présente dans mon esprit et insuffisamment dans mon corps. Ainsi, jusqu’à aujourd’hui, j’ai systématiquement perdu mon désir pour une femme après les premiers rapports physiques avec elle.

Vers quarante ans, j’ai éprouvé l’impérieux besoin de comprendre ce qui s’était passé.

Afin d’éviter les diversions et les manipulations que permet l’oralité, j’ai écrit à mon frère puis à mes parents. J’ai compris à leurs réponses très embarrassées qu’ils avaient conscience de la gravité des faits mais ne voulaient en parler à aucun prix. J’ai donc dû prendre mes distances, malgré les pressions, afin de préserver ma santé.

C’est peu après que j’ai découvert SIA grâce au site internet de l’association.

Dès la première réunion, j’ai senti que j’étais « chez moi », dans un espace sûr, avec des gens qui parlaient la même langue. Y venir régulièrement pour écouter et parler m’a fait le plus grand bien. J’ai compris que ma situation était partagée par d’autres et que des solutions existaient pour aller mieux, à condition de ne plus nier les agressions. La littérature SIA m’a été très utile pour comprendre les mécanismes d’emprise qui sont mis en place par les familles pour garder le secret. J’ai aussi apprécié l’esprit de liberté et l’absence de jugement qui caractérise ces réunions. Aujourd’hui, je continue à les fréquenter avec bienveillance et reconnaissance. 


Pour savoir si SIA est pour vous, vous pouvez tout d’abord répondre aux 20 questions de SIA. Comment définit-on l’inceste à SIA, ou quelles sont les caractéristiques des survivants d’abus sexuel? D’autre part, vous pouvez aussi commander des publications, ou bien lire nos témoignagesAssister à une réunion, ou encore découvrir notre programme en 12 étapes. Vous pouvez enfin consulter les questions fréquentes ou nous écrire.