Viol étant bébé, par le mari de ma nourrice : Témoignage SIA

J’ai rejoint les Survivants [de l’Inceste Anonymes] il y a maintenant un an et demi. Cela faisait quatre mois que j’étais sortie d’amnésie traumatique, c’est à dire que les faits s’étaient révélés à moi (le corps les gardant en mémoire) et que je les avais entendus. J’ai été victime de viol quand j’étais bébé par le mari de ma nourrice. C’est un cas auquel on pense peu. Je n’y aurais pensé. Jamais. J’adorais cet homme. Il était comme un grand père pour moi. Quand je suis sortie d’amnésie, je me suis sentie libérée!

Enfin, j’avais l’assurance que je ne deviendrai pas folle car mes souffrances avaient une origine et je m’autorisais à les regarder, je sortais du déni.

Malheureusement, quelques mois plus tard, j’ai douté de cette révélation. Je ne me croyais plus. Je me réveillais en me traitant de menteuse et m’endormais de même. “Tu fous vraiment la m**** pour tes proches avec ton secret dévoilé au grand jour!”. Voilà ce que je me disais.

J’ai tourné en rond jusqu’à ce que je participe à un meeting des Survivants. Quand j’ai entendu les partages des autres survivants, mes doutes se sont envolés. Les ressentis des autres survivants présents au meeting ou dans les textes faisaient écho chez moi. je m’autorisais à valider mes ressentis.

Pourtant, à cette époque j’étais déjà en thérapie. Cependant je transférais mon doute sur mes thérapeutes et les menais en échec pour me prouver que je devais mentir. Rien qu’en lisant le guide de modération, j’avais le sentiment d’être entendue. Lorsque les participants ont débuté leurs partages sur les conséquences de l’abus et la manière dont ils les traversent, je me suis sentie exister: “Voilà un endroit où je n’ai pas à cacher mes pensées, mes stratégies de survie. Ici je suis en sécurité”.

Les Survivants [de l’Inceste] sont anonymes pour assurer cette sécurité. Tout ce qui est dit lors des meetings est confidentiel, et n’est pas commenté directement. L’image que j’associe aux meetings est celle d’un coffre fort. Et vivre ma semaine en sachant qu’il y aura cet espace sécure où je pourrais déposer ce que je vis lié à l’inceste me soulage et me permet de me concentrer sur mes projets de vie.

Le meeting auquel je participe et sers est en conférence téléphonique. Aussi j’avais l’appréhension de ne pas me sentir faire partie d’une communauté, que le sentiment d’isolation persiste. Finalement, à se retrouver de semaine en semaine, à suivre l’actualité des uns et des autres au fil des partages, un sentiment d’appartenance se crée.

Cela m’a donné l’envie de prendre du service. Prendre du service cela signifie s’occuper d’une ou plusieurs tâches qui permettent à l’association de tourner. Cette nouvelle étape m’a permise de trouver une place à l’inceste dans ma vie. Une place, pas toute la place.

Aujourd’hui, j’ai beaucoup de gratitude pour le support que j’ai reçu simplement par l’écoute. J’ai aussi de la gratitude envers moi-même d’avoir fait ce pas si courageux de participer à mon premier meeting.

Si vous hésitez à participer ou si vous préférez vous dire que l’inceste finalement n’a pas ou si peu d’impact dans votre vie, je vous invite à lire le guide de modération puis de revérifier cette position.


Pour savoir si SIA est pour vous, vous pouvez tout d’abord répondre aux 20 questions de SIA. Comment définit-on l’inceste à SIA, ou quelles sont les caractéristiques des survivants d’abus sexuel? D’autre part, vous pouvez aussi commander des publications, ou bien lire nos témoignagesassister à une réunion, ou encore découvrir notre programme en 12 étapes. Vous pouvez enfin consulter les questions fréquentes ou nous écrire.