Inceste, déni, et mémoire du corps: Témoignage SIA

J’avais environ 16 ans quand ma sœur préférée m’a questionnée sur Papa et sa sexualité. J’ai éludé, gênée. On n’en a plus reparlé pendant 14 ans.

J’avais environ 30 ans quand elle a parlé des agissements sexuels de Papa à son égard, et mes 3 autres frères et sœurs ont alors parlé, eux aussi. Mais toujours pour dire que c’est rien, c’est du passé, pour minimiser. Je me croyais la seule indemne de ces comportements incestueux. Moi, je me faisais juste enguirlander à tout bout de champ, et je croyais que c’était tout, et que c’était juste normal : j’étais trop nulle, trop tarée, trop « malade mentale » et coupable de « m’y complaire », me répétait-on en famille…

J’avais 36 ans quand j’ai arrêté de boire, 42 ans quand j’ai arrêté de fumer. Ces deux abstinences, obtenues grâce au soutien de Fraternités en 12 étapes, avaient beau être devenues confortables, je me heurtais encore et toujours aux mêmes symptômes:

  • Pulsions suicidaires envahissantes (2 passages à l’acte reconnus comme tels, l’un à 16 ans, passé sous silence et occulté par mes parents, l’autre à 40 ans, m’ayant valu une HDT et 2 mois de clinique);
  • Hypersomnie occupant tous mes loisirs et m’empêchant de vivre et profiter de la vie;
  • Angoisses perpétuelles, à propos de tout et de rien, invalidantes, elles aussi; dépression;
  • Hyper-émotivité, dépendance affective, haine de moi, haine de la vie;
  • Idéalisme forcené pour contrebalancer, statut de victime à répétition;
  • posture de bouc émissaire où que je me trouve: boulot, famille, couple, amitiés, et même dans les Fraternités.

Mais bon sang, qu’est-ce que j’avais donc, pour souffrir comme ça ? Ma famille m’avait convaincue que j’étais folle, j’en avais même demandé et obtenu le statut! Il paraît que ça expliquait tout, et que c’était de ma faute si ça durait depuis si longtemps, mais qu’ils m’aimaient bien quand même…

J’avais 55 ans quand mon père est mort. J’étais déjà en plein burn-out, suite à maltraitances au boulot. Ma famille ne me soutenant absolument pas, bien au contraire, j’ai rompu avec eux.

J’avais 56 ans quand j’ai fait ma première réunion SIA, où je venais en tant que «pro-survivante» en mémoire de ma sœur (morte d’un cancer du sein), la seule qui avait osé dénoncer, ne pas minimiser les agissements sexuels paternels…

Je venais à Paris pour autre chose, qui finalement n’a pas eu lieu, et j’avais casé cette réunion dans mon emploi du temps de ce jour-là pour «rentabiliser» mon voyage à Paris. J’ai parlé du proxénète que j’avais connu vers 17-21 ans, qui avait failli réussir à me mettre sur le trottoir, mais à qui j’avais pu échapper. J’ai parlé du verrou que ma sœur, adolescente, avait acheté et posé elle-même sur la porte de sa chambre, pour pouvoir s’y enfermer et dormir sans être dérangée par Papa. J’ai parlé de la peinture intitulée «L’inceste» qu’elle avait peinte pendant son cancer. J’ai acheté quelques brochures SIA, mais pas vraiment pour moi, juste dans l’idée de mieux comprendre une de mes filleules AA.

Rentrée chez moi, j’ai lu ces brochures, et mon corps m’a violemment manifesté qu’il se passait quelque chose à ce niveau-là! Quand je lisais ces brochures, mon corps s’affolait : dos, ventre, cou, yeux… Quand je les rangeais, tout se calmait. J’ai compris que mon corps me disait que moi aussi j’étais concernée, et pas seulement par le biais de ma sœur. Directement. Moi aussi.

J’ai passé 3 à 6 mois à faire des «allers et retours dans ma tête», entre conviction que mon corps me disait que moi aussi, j’avais subi des choses glauques, et conviction que non, je suis folle, c’est rien… Mais quand même avec ce sentiment, comme une marée montante, que j’étais chez moi en SIA, que j’avais enfin trouvé la source, la racine, la cause profonde de tous mes symptômes. Alors, j’ai aussi fait des «allers et retours à Paris», pour aller en réunion, écouter, acheter d’autres brochures…

J’ai découvert les notions de mémoire traumatique, d’amnésie traumatique, d’impuissance apprise, de somatisation de l’indicible, l’innommable, l’impensable, d’idéalisation des abuseurs… Et je savais que tout ça, c’était ça, ça expliquait tout! Je le savais de l’intérieur, je le sentais, et je le niais aussi. Je ne pouvais pas croire une chose pareille. Mais enfin, tout ça prenait sens!!!

J’ai examiné mon enfance, regardé d’un autre œil ma famille et ses innombrables dysfonctionnements. J’ai continué de me rétablir en suivant les 12 étapes, déjà familières. J’ai mieux compris certains rêves ou cauchemars d’autrefois, et aussi diverses remarques et questions de thérapeutes, lors de stages de thérapie que j’avais tentés, au cours de ma vie. J’ai tout ré-examiné, mené l’enquête sur mon passé, celui de ma famille, et même de mes aïeules. Beaucoup de «blancs», d’énigmes, encore.

Mon corps continue de s’exprimer. Lors de séances de Qi Gong, d’eutonie, c’est-à-dire dans des contextes parfaitement paisibles, qui n’avaient absolument rien de triste ni de sexuel, j’ai eu des «remontées» terribles, tantôt de désespoir, tantôt de souvenirs sexuels ou violents. C’est mon corps qui a les infos. Désormais, je l’écoute de mon mieux, aussi terrible que ce soit, car cela seul pourra me permettre de me soigner, me libérer, apaiser ces horreurs.

Je continue d’osciller entre déni, réminiscences, refus, dégoût… Et surtout, je «traverse les flammes» de terreurs sans nom, je secoue grain de sable par grain de sable la montagne d’impuissance qui me paralysait. Je surnage pour ne pas me noyer dans cet océan de désespoir. 24 heures, ou 24 minutes, ou 24 secondes à la fois.

Je ne suis plus suicidaire.

Mon hypersomnie ne se manifeste plus que rarement, quand je suis à nouveau pétrifiée d’impuissance.

Je contrebalance mes angoisses en cultivant la foi en mon rétablissement, en changeant le 1% de ma vie que je peux changer, ici et maintenant, concrètement et intérieurement.

Je me laisse traverser par mes émotions, sans passages à l’acte mais avec des «mises en acte» plus constructives. Je pose beaucoup d’actes symboliques, libérateurs. J’écris. J’apprends à prendre soin de moi, de ma petite fille intérieure maltraitée, bafouée, violée, presque tuée. Je repère de mieux en mieux, et arrive de mieux en mieux à éviter, les situations et personnes maltraitantes.

Je ne suis ni folle ni malade mentale ni coupable: j’étais victime. Je deviens survivante. Peut-être même qu’un jour, je serai carrément vivante! Merci SIA!!!


Pour savoir si SIA est pour vous, vous pouvez tout d’abord répondre aux 20 questions de SIA. Comment définit-on l’inceste à SIA, ou quelles sont les caractéristiques des survivants d’abus sexuel? D’autre part, vous pouvez aussi commander des publications, ou bien lire nos témoignages.  Assister à une réunion, ou encore découvrir notre programme en 12 étapes. Vous pouvez enfin consulter les questions fréquentes ou nous écrire.